Aller au contenu principal

Le cas du Viet Nam : harmonisation avec le cadre de SWA

Sanitation and Water for All Secretariat
14 Jun 2019

La récente Réunion des ministres du secteur (RMS) organisée au Costa Rica a rassemblé environ 260 participants venus de 70 pays. Dans le cadre du mécanisme de redevabilité mutuelle, 47 gouvernements ont formulé un total de 159 engagements. La délégation gouvernementale du Viet Nam, qui est l’un des 11 pays pionniers du mécanisme de redevabilité mutuelle, était également présente à la RMS. Le Viet Nam a également pris des engagements, tirés de dialogues nationaux menés en amont de la RMS.

Deux des principaux engagements qu’il a formalisés étaient les suivants :

  1. Approbation et mise en œuvre d’un plan d’action national pour mettre fin à la défécation à l’air libre ;
  2. Augmentation de l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène pour les femmes et les filles, en particulier les femmes vulnérables, dans cinq provinces.

 

Le secrétariat de SWA a assuré le suivi auprès des gouvernements et des groupes catégoriels pour examiner les engagements et s’assurer qu’ils s’intègrent pleinement dans des processus nationaux existants afin d’améliorer leur mise en œuvre. La RMS a joué un rôle important pour renforcer davantage la sensibilisation des représentants du Gouvernement du Viet Nam qui y ont participé. Ainsi, le Directeur général de l’Agence de gestion de l’environnement sanitaire du Viet Nam (VIHEMA), qui dépend du Ministère de la santé, a appelé à plus d’efforts multipartites pour atteindre les cibles fixées au niveau national pour l’objectif de développement durable 6 (ODD 6). À l’issue de la RMS, le Gouvernement a demandé à toutes les parties prenantes, y compris d’autres organismes gouvernementaux, le secteur privé, des organisations de la société civile et des instituts de recherche et d’enseignement, de prendre part à ses efforts, de contribuer aux objectifs en matière d’EAH et de rendre des comptes en prenant leurs propres engagements. Le Gouvernement a également convié le Comité pour l’éthique et les affaires des minorités, une institution fondamentale pour l’inclusion dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, notamment pour les problématiques axées sur le thème de ne laisser personne de côté. Il était important de faire coïncider ses engagements avec ceux que le Gouvernement vietnamien avait déjà formulés lors de la récente RMS.

Le Ministère de la santé a organisé une demi-journée de réunion pour évoquer le mécanisme de redevabilité mutuelle en général et les engagements de chaque institution en particulier. Ce dialogue a également donné l’occasion au personnel du secrétariat de SWA de communiquer à toutes les agences les résultats de la RMS ainsi que les recommandations en matière de suivi. Le secrétariat a par ailleurs été invité à présenter le cadre de SWA et à aider les différents groupes catégoriels à y intégrer leurs engagements.

Différentes parties prenantes ont souligné leurs propres engagements par rapport aux engagements déjà identifiés par le Gouvernement. Des représentants, entre autres, du Ministère de la construction, du Ministère de l’agriculture, de l’UNICEF, de la société civile et du secteur privé, ont participé et décrit leur propre approche institutionnelle pour répondre aux engagements gouvernementaux et la plupart des partenaires ont formulé de nouveaux engagements.

Des idées précises ont émergé sur l’intérêt du Viet Nam à tirer des enseignements d’autres situations, notamment au sujet du dispositif fondamental des dispositions institutionnelles, y compris en matière de données destinées à la gestion commune des principaux sous-secteurs. Le Gouvernement a également exprimé un intérêt marqué pour des éléments de preuve et des données, notamment des études, qui portent sur des questions liées aux inégalités, en particulier dans les cas de modèles de services capables d’intégrer efficacement la fourniture de service par le secteur privé tout en préservant l’accès des plus pauvres. L’outil de calcul des coûts de SWA a également suscité l’intérêt pour la contribution qu’il peut apporter à l’analyse financière du secteur.

Unilever, dans le secteur privé, et des organisations comme la Fondation East Meets West, Youth Union et Women Union, qui représentent la société civile, ont formulé et présenté des engagements. Tout cela montre des avancées solides du secteur sous l’impulsion du Gouvernement pour utiliser le cadre de SWA afin de favoriser les échanges en vue d’accélérer les progrès vers les ODD. Le cadre et les engagements illustraient avant tout un effort volontaire destiné à se concentrer sur le raccordement final et à ne laisser personne de côté. Deux des nouveaux engagements pris à l’issue de la RMS portaient spécifiquement sur l’amélioration de l’accès des femmes en général et des femmes atteintes de handicap.

 

Engagements présentés :

East Meet West

  • Amélioration de l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène pour les femmes et les filles, en particulier les femmes vulnérables dans cinq provinces ;
  • Amélioration de l’accès à l’assainissement pour les femmes atteintes de handicap dans certaines régions du Viet Nam (2018-2022).

 

Unilever au Viet Nam

  • Sensibiliser et modifier les comportements pour soutenir les personnes et les élèves des zones rurales afin qu’ils aient accès à un assainissement de qualité et à une eau sûre et puissent les utiliser.

 

Cette dynamique positive observée au Viet Nam après la RMS doit se poursuivre, avec l’aide du secrétariat de SWA et d’autres parties prenantes importantes. Le statut de pays pionnier du mécanisme de redevabilité mutuelle semble avoir eu un effet positif.