Aller au contenu principal

Déclaration de la jeunesse sur la COVID-19 et l’EAH

Clinton Ikechukwu Ezeigwe, 2020 SWA Youth Reporter
29 May 2020
 
« Le monde ne peut pas se permettre de transformer ses jeunes en génération perdue, de mettre leur vie entre parenthèses à cause de la COVID-19 et de les réduire au silence en ne permettant pas leur participation... Nous devons aller bien plus loin pour puiser dans leur talent alors que nous luttons contre la pandémie et esquissons une récupération qui nous mènera vers un avenir plus paisible, durable et équitable pour tous »
- António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies

 

En dépit des difficultés sans précédent que la pandémie de COVID-19 soulève actuellement, de nombreux jeunes à travers le monde placent l’intérêt de leur communauté avant le leur, non seulement pour prévenir et réduire le risque de transmission, mais aussi pour aider ceux qui en ont le plus besoin. La crise actuelle a montré que nous sommes tous interconnectés et elle nous a appris que notre santé et notre bien-être dépendent de ceux des autres. Personne n’est en sécurité si nous ne le sommes pas tous. L’accès à des services d’eau et d’assainissement sûrs, préalable indispensable à la lutte contre la COVID-19, est compromis pour beaucoup, y compris des jeunes. En outre, les fermetures d’écoles, de collèges et d’universités continuent d’affecter l’éducation et le bien-être des jeunes.

Malgré tout, des jeunes déterminés à changer le monde ont continué de déployer une énergie sans limites et de démontrer leur solidarité et leur capacité à faire bouger les lignes. Pour reprendre les mots de Jayathma Wickramanayake, Envoyée pour la Jeunesse de l’ONU, « les jeunes ont compris que solidarité est le maître mot. » Comme on a pu l’observer lors de la riposte contre l’Ebola, les jeunes ne sont pas seulement résilients, ils sont innovants dans leur riposte et leur participation communautaires, aussi bien sur le terrain qu’au travers d’espaces numériques. Par leur engagement et leurs actions, les jeunes se tiennent informés, donnent de leur temps en ligne et hors ligne pour aplatir la courbe et, surtout, renforcent la sensibilisation au sein de leur communauté. Voici quelques-unes des activités menées par des jeunes contre la COVID-19 :

La bonne nouvelle, c’est qu’au travers de la participation et de l’inclusion des jeunes à la riposte contre la COVID-19, nous pouvons garantir un véritable changement équitable, non seulement pendant cette pandémie, mais aussi lors de la récupération et de la reconstruction. Nous plaidons au nom des jeunes pour le droit à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. À ce titre, nous appelons les gouvernements à renouveler leur engagement et à faire du secteur une priorité politique et financière pendant la crise de la COVID-19 et au-delà. 

 

Grâce à la plateforme Assainissement et eau pour tous, nous demandons en particulier :

  • que l’engagement et la participation renforcés des jeunes aux politiques et programmes en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène soient garantis : la participation fait partie des droits de l’homme tels qu’ils figurent dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Tous les jeunes ont le droit de participer à la conduite des affaires publiques, aussi bien de façon formelle, dans le cadre des processus nationaux, qu’informelle, au sein des communautés ou sur des espaces numériques. Les gouvernements doivent collaborer plus étroitement avec les organisations et les réseaux de jeunes pour veiller à faire entendre leur voix et à leur donner l’occasion de plaider pour l’eau et l’assainissement, de participer à la réalisation des ODD, de communiquer avec les communautés locales, la société civile et les décideurs politiques et de garantir que les gouvernements tiennent leurs promesses;
  • que les gouvernements se fixent des objectifs ambitieux contre la COVID-19 et au-delà, qu’ils fassent preuve d’une forte mobilisation politique et d’une volonté marquée afin d’augmenter les investissements dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène et qu’ils renforcent les processus nationaux en matière de redevabilité et d’examen pour s’assurer de mettre fin aux inégalités et de ne laisser personne de côté;
  • que les donateurs accroissent leurs investissements et soutiennent le secteur, que les partenaires de développement continuent de favoriser le leadership des gouvernements, grâce au renforcement des capacités locales, à l’amélioration de la coordination entre les acteurs du secteur (qu’il s’agisse de la société civile, du secteur privé ou des donateurs), à l’ajustement des approches selon les situations et à l’adaptation constante.

Le monde a besoin que vous vous engagiez dès aujourd’hui et nous, les jeunes, sommes à vos côtés.

 

Voici un aperçu de ce que d’autres organisations de la jeunesse déclarent :

« Les menstruations ne s’arrêtent pas pour la pandémie. Une crise comme celle de la COVID-19 a creusé des inégalités déjà existantes, en particulier pour les filles et les femmes. La faible disponibilité, le manque d’accessibilité et le coût élevé des produits d’hygiène menstruelle sont une préoccupation importante. C’est en période de crise que les jeunes comme nous doivent examiner les politiques et les cadres EAH et demander aux partenaires et aux parties prenantes de s’engager à investir dans la gestion de l’hygiène menstruelle. C’est ainsi que nous pourrons garantir des environnements favorables à l’EAH qui permettent d’améliorer la gestion des règles pour les femmes et les filles. »

  — Karanja Daniel, membre du WSSCC et Directeur fondateur des Initiatives pour le développement socioéconomique communautaire (COSEDI, Community Socioeconomic Development Initiatives), Kenya

 

« Le coronavirus nous frappe durement, mais les fausses informations qui l’accompagnent portent un coup encore plus dur. Si nous les laissons se propager, elles pourraient être source de méfiance dans la population. La lutte contre les fausses informations ne se limite pas à les signaler, elle consiste à veiller à diffuser les bonnes informations pour tous, à tout moment. Au sein de Know COVID-19 Nigeria, nous partageons des informations pertinentes, fiables et utiles, nous offrons des conseils de prudence et en matière de santé et sécurité à l’aide de données et d’infographies de qualité et nous encourageons l’implication et la participation des jeunes au travers du bénévolat et de l’engagement auprès des parties prenantes. Nos efforts ont un effet au sein des communautés locales et nous les aidons à renforcer leur confiance envers les programmes de riposte gouvernementaux. Nous contribuons ainsi à l’aplanissement de la courbe. »

               — Abdulhakeem Abdulkareem, Cofondateur, Know COVID-19 Nigeria

 

« ... les décisions que nous prenons aujourd’hui vont forger le monde où nous vivrons après la COVID-19. Le monde ne peut prendre le risque de laisser les jeunes de côté lorsqu’il s’agit de prendre aujourd’hui les décisions pour un avenir meilleur. Pour assurer une récupération solide à l’issue de la pandémie, il faut intégrer les jeunes aux processus de prise de décision et à la mise en œuvre de la riposte contre la COVID-19. »

             — Temple Oraeki, fondation caritative Hope Spring Water, Nigéria

 

« Dans de nombreux pays, les principales institutions et les systèmes d’intervention d’urgence ont été mis à l’épreuve par la propagation mondiale de la pandémie de COVID-19. Malheureusement, la plupart d’entre eux ont affiché une grande faiblesse et ont même parfois échoué à riposter rapidement pour freiner l’avancée du virus. Malgré la dégradation de la situation dans un grand nombre de régions du monde, les jeunes ont montré leur dynamisme pour prendre part à la lutte contre le virus. Nous avons assisté à un regain d’idées et d’actions innovantes à travers le monde, ce qui ne peut que prouver le formidable potentiel des jeunes, un potentiel qui reste encore largement inexploité. Les prochains mois seront difficiles pour la plupart des gens ; les gouvernements et les parties prenantes doivent s’assurer que les jeunes sont inclus dans les solutions pour lutter contre cette pandémie ainsi que pour préparer les communautés en vue d’un avenir résilient. »

             — Sena Alouka, Directeur exécutif, Jeunes Volontaires pour l’Environnnement, Togo

 

« Les jeunes de la région Amérique centrale sont conscients de l’importance de l’amélioration de l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans nos pays. La COVID-19 a fortement affecté nos activités quotidiennes, mais restreint également la liberté de mouvement des personnes et des marchandises, ce qui nous a rappelé combien nous sommes tous interconnectés. Pour sortir de cette pandémie, nous demandons à tous les pays de faire de la santé et du bien-être une priorité au travers de l’accès à l’EAH pour tous, partout. Au cours de la pandémie, nous avons eu recours à des réunions virtuelles et des plaidoyers numériques pour partager des informations et des expériences susceptibles de soutenir les jeunes et leur communauté dans la lutte contre la COVID-19. C’est une situation difficile qui nous a poussés à imaginer les outils que nous pouvons utiliser aujourd’hui et demain pour mener des projets qui aideront les communautés à mieux résister face à toute nouvelle crise de santé. Nous ne pouvons cependant pas oublier qu’une hygiène adéquate et un accès à l’eau et à l’assainissement peuvent sauver des vies et nous permettre à tous de vivre dans une région plus saine et plus prospère. »

             — Kenneth Alfaro and Geisel Sánchez, Réseau des jeunes pour l’eau d’Amérique centrale (Red de Jóvenes por el Agua Centroamérica)

 

« COVID-19 a coûté la vie à des milliers de personnes et de nombreuses autres sont menacées. L’EAH étant la première ligne de défense contre la coronavirus, cette crise a mis à jour les défis auxquels nous sommes confrontés dans le secteur et a mis en lumière ce que les jeunes font. Jusqu'à ce que le gouvernement se rende compte que les jeunes sont des acteurs clés de la société, nous aurons un rythme de développement lent dans le secteur de l’EAH, en particulier pour atteindre les plus vulnérables de la société. »

             — Wilson Atumeyi, Fondateur et PDG, Water With Development [WaterWide], Nigeria

 

À propos de l’auteur : 

Clinton Ikechukwu Ezeigwe est Directeur de campagne pour la fondation Christian Fellowship and Care au Nigéria. Il bénéficie de plus de sept ans d’expérience en tant que porte-parole de la jeunesse dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène. Clinton a reçu une bourse de Jeune reporter de SWA pour l’année 2020.