Aller au contenu principal

Trente ans après : Les Droits de l’enfant sont des droits de l’homme qui n’expirent jamais !

Sanitation and Water for All Secretariat
19 Feb 2020

Nous célébrons aujourd’hui, le 20 novembre 2019, le 30e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant‎. Cette Convention, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 novembre 1989, a pour but de protéger les droits de tous les enfants, partout dans le monde, contre la discrimination, la violence et la négligence.

Cette année est particulière à bien des égards, puisque ce sont les enfants eux-mêmes qui se mobilisent pour leurs droits. Pour protester contre le manque de réaction des gouvernements face à la crise climatique, 16 enfants, dont Greta Thunberg, ont déposé une plainte historique auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies. Toutefois, alors que nous célébrons  les progrès réalisés au cours des trois dernières décennies, nous ne devons pas oublier ceux qui sont laissés pour compte.

Lors de la Réunion des ministres du secteur en 2019 de SWA, Henrietta H. Fore, la Directrice générale de l’UNICEF, a déclaré :

« Une eau non sûre peut être aussi mortelle que les balles ou les bombes. Les enfants de moins de 15 ans courent un risque trois fois plus élevé de mourir de maladies liées à une eau et un assainissement non sûrs, comme la diarrhée ou le choléra, que directement de la violence. »

Les enfants ont évidemment besoin d’avoir accès à une eau, un assainissement et une hygiène sûrs pour mener une vie saine. Malheureusement, beaucoup d’entre eux voient leur enfance écourtée. Plus de 800 enfants meurent chaque jour de diarrhée liée à une eau non sûre et un assainissement de mauvaise qualité.

Le manque d’accès à l’eau et à l’assainissement a également des conséquences élevées sur l’accomplissement d’autres droits de l’homme, comme le droit à l’éducation, notamment pour les filles pendant leur menstruation. Une école primaire sur quatre ne dispose pas d’un approvisionnement en eau potable, ce qui force les enfants à utiliser des sources non protégées ou à avoir soif. Dans le monde, environ 600 millions d’enfants n’ont pas accès à des services d’assainissement de base à l’école. Près de 900 millions d’enfants à travers le monde ne disposent pas de services d’hygiène de base dans leur école. En outre, les enfants qui vivent dans des pays fragiles et touchés par des conflits ont deux fois moins de chance d’avoir accès à un assainissement de base, et quatre fois moins de chances de disposer d’un approvisionnement de base en eau potable.

La suppression des inégalités est l’un des Principes directeurs de SWA. C’est une valeur que partagent tous nos partenaires, un but qui guide leur action commune. Le partenariat mondial multipartite SWA a été créé pour mobiliser ses partenaires afin qu’ils collaborent en vue d’atteindre les objectifs de développement durable , y compris en s’assurant de ne laisser personne de côté. Grâce à la collaboration et à la , redevabilité mutuelle, les gouvernements et leurs partenaires de développement pourront travailler à l’amélioration de l’accès aux services d’eau, d’assainissement et d’hygiène et à la création de systèmes plus durables et résistants.

Le partenariat Assainissement et eau pour tous (SWA) se concentrera sur les droits de l’enfant à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, non seulement pour engager des discussions liées aux enfants laissés de côté, mais aussi pour rechercher des solutions à même d’aider à accélérer le développement au cours des décennies à venir.