Aller au contenu principal

2019 RMS: 6 leçons à prendre de la Préparation des Pays Francophones

SWA Country Engagement Team
19 Feb 2020

Les pays font des avancées conséquentes, innovatrices et collaboratives dans leurs préparatifs pour la Réunion des Ministres du Secteur (RMS), contribuant ainsi au renforcement des dialogues nationaux multipartites dans le secteur.

L’équipe « Engagement Pays » au Secrétariat SWA soutient les pays partenaires, les pays non-partenaires et les pays intéressés, dans la mise en œuvre du Cadre SWA pour un impact durable dans le secteur EAH. Les préparatifs pour les Réunions de Haut Niveau, la tenue de ces Réunions et leur suivi sont sans doute la meilleure illustration de cet engagement avec les pays, et de la place et l’impact unique du SWA dans le secteur.

L’équipe est très impressionné par les préparatifs de ces pays pour la RMS 2019. Ces préparatifs sont souvent faits dans des contextes difficiles – l’absence de volonté et direction politiques pour le secteur, des manques critiques de financement et l’incapacité des gouvernements à pallier à ces manques, la fragmentation du secteur liée à une coordination et une gouvernance insuffisantes, etc.

Les communications continues entre le Secrétariat SWA et les pays, ainsi que les feuilles de route partagées par les pays, fournissent quelques belles leçons sur les actions innovatrices que les partenaires entreprennent au niveau pays pendant leur travail vers les ODD et leurs préparatifs pour les Réunions de Haut Niveau. La manière dont les pays s’organisent, rassemblent les partenaires, définissent des actions et des échéances (et puis respectent ces échéances), préparent des documents techniques et plaident auprès des Ministres, tout ceci est matière à inspiration.

Les leçons suivantes apprises des préparatifs des pays francophones peuvent aussi s’appliquer aux autres pays Partenaires SWA avec des réalités similaires, en termes de taille, de croissance économique, de situation géographique, de structures de gouvernance, de défis politiques et de défis sectoriels. Ainsi, nous déclinons ici 6 leçons tirées des préparatifs en cours dans les pays Francophones.

 

1. Les webinaires et les Réunions virtuelles avec les pays sont clés pour le partage des informations et des expériences

La série de webinaires en cours, sur le « Ne laisser personne derrière », est critique pour créer et élever le dialogue autour de la RMS et autour du principe même de « ne laisser personne derrière ». Les webinaires fournissent aux partenaires les suivants :

  • Les ressources pour mieux se préparer pour la RMS (connaissances, ressources documentaires et apprentissage entre paires).
  • Une opportunité pour les partenaires présents dans le pays de se réunir. Dans la grande majorité des cas, les équipes dans le pays se rassemblent dans les bureaux d’un des partenaires pour assister aux webinaires et poursuivre les discussions après la fin des webinaires.
  • Une plateforme pour soulever les aspects, défis et sujets spécifiques sur lesquels les pays ont besoin d’aide.

Les réunions virtuelles avec les pays suivent une trame commune : le Secrétariat met les pays à jour des progrès dans l’organisation de la Réunion (invitations, note d’orientation, agenda de la Réunion, etc.) ; les pays expliquent comment ils se préparent – les activités clés, les partenaires impliqués et les délais ; les pays et le Secrétariat SWA identifient ensemble les soutiens nécessaires et comment mobiliser/fournir ceux-ci.

La Guinée a reconnu la grande pertinence de la thématique et demandé un soutien technique pour l’analyse des inégalités et les réponses à celles-ci, ainsi que des exemples de comment les pays réussissent à accroitre la priorité politique des Ministres autour des inégalités. L’importance de la thématique est apparue clairement lorsque les pays partenaires ont rempli et soumis les données dans le cycle actuel de UN-Water Global Analysis and Assessment of drinking Water and Sanitation (GLAAS). 

 

2. Une méthodologie bien planifiée mène à une préparation systématique et inclusive

De manière générale, les pays se préparent pour la Réunion en trois étapes :

  • Un ‘comité central’ – comprenant le plus souvent du point focal SWA dans le gouvernement, les partenaires techniques et financiers et les organismes de la société civile – se forme, se réunit et prépare la Fiche Pays qui résume les avancées et les défis du secteur ; une place importante y est accordée aux inégalités.
  • La première version de la Fiche est partagée avec les acteurs du secteur, via un atelier dédié. Les pays comptent inclure les media et les Ministères des Finances dans ces ateliers.
  • Une fois la Fiche finalisée, elle est partagée avec les Ministres. Les discussions avec les Ministres vont inclure tout le comité central (réunion multilatérale) et parfois par le point focal SWA (réunion bilatérale entre le Ministre et le point focal).

Cette approche par phases se montrent très efficace dans la préparation pour la Réunion, mobilisant progressivement tout le secteur et créant un intérêt pour la Réunion auprès des Ministres.

Tout le comité central au Togo et en Guinée va rencontrer les Ministres du secteur en personne pour soumettre à ces derniers les résultats du processus préparatoire ; au Benin, ces résultats seront présentés lors du Conseil des Ministres. Au Cameroun, le comité central organisera deux réunions avec le Ministre, pour discuter des réussites et des préoccupations du secteur.

Le comité central s’est formé très tôt dans la plupart des pays, et s’est aussitôt engage avec les Ministres du secteur – ceci a encouragé les Ministres à confirmer rapidement leur participation à la Réunion des Ministres du Secteur. 

 

3. Les points focaux SWA au gouvernement sont au centre de la mobilisation et de l’organisation des activités sectorielles, y compris pour les RMS

Les points focaux gouvernementaux sont leaders dans la mobilisation des partenaires pour le processus préparatoire, et clés pour l’organisation des consultations, l’élaboration des feuilles de route, et l’engagement avec les Ministres et leurs cabinets. Ils contribuent à la coordination sectorielle. Les Points focaux travaillent avec les directeurs des cabinets Ministériels et rencontrent les Ministres en personne – afin de les tenir au courant des préparatifs, les informer des aspects logistiques et les convaincre de confirmer leur participation si ceci n’a pas encore été fait.

Au Burkina Faso, en RDC et au Madagascar, les points focaux ont été les ‘ancres’ dans un contexte politique à évolution rapide ; ils se sont assurés que les Ministres étaient informés de la Réunion et intéressés par celle-ci. Ceci a grandement contribué à la confirmation de la participation des Ministres et continue à accélérer les avancées dans la préparation pour la Réunion. 

 

4. Plus on est de parties prenantes, mieux c’est

La préparation pour la RMS nécessite une coordination efficace entre les agences gouvernementales – soit les différents ministères en charge du secteur EAH, soit les différents départements au sein d’un même ministère. A travers le processus préparatoire, les partenariats clés dans le secteur se font identifier et renforcer. Par exemple :

  • Les liens avec les Ministères de la santé, souvent en charge du sous-secteur hygiène, se renforcent – ces ministères sont de plus en plus impliqués dans le processus préparatoire, et les Ministres de la sante sont invités à la RMS.
  • Les partenaires techniques et financiers externes – qui pourvoient des ressources et des soutiens techniques – sont informes et impliques, soit par les équipes dans le pays soit par le Secrétariat SWA.
  • Les pays comme le Mali, la Mauritanie ou le Tchad impliquent les acteurs privés dès le début du processus préparatoire.
  • Il y a un engagement ténu avec les médias, soit au début des préparatifs, mais le plus souvent à un stade ultérieur, une fois les préparatifs bien avancés.

En République Centrafricaine, par exemple, la Direction Générale des Ressources Hydrauliques élabore et suit les politiques sectorielles ; l’ANEA, elle, se charge de la mise en place de ces politiques.

Les groupes interministériels, tels ceux au Burundi, en Guinée, au Mali ou en Mauritanie ont été constitués pour mieux coordonner le secteur et/ou pour répondre à des engagements régionaux. Ils sont une plateforme privilégiée pour les préparatifs à la RMS.

 

5. L’Alignement des préparatifs à la RMS avec les processus nationaux améliore l’efficacité du secteur – et améliore les préparatifs eux-mêmes

Le processus préparatoire s’aligne le plus souvent avec les processus nationaux en cours, comme les Revues Sectorielles Conjointes , les exercices de résumer et de planification du secteur , le rapportage ODD, les évènements de plaidoyer comme la Journée Mondiale de l’Eau, les réunions des groupes interministériels , les revues des programmes et les synthèses sectorielles . Les analyses récentes – notamment le GLAAS et le WASH-BAT – seront utilisées comme entrées pour les Fiches Pays. Enfin, la participation des pays pour Africasan contribuera à préparation pour la RMS, et vice versa. Il apparaît aussi du processus préparatoire que la plupart des pays vont déclarer des engagements à la RMS – et qu’une grande majorité des engagements seront tirés des politiques et stratégies sectorielles. Ceci montre un début réussi de la mise en place du Mécanisme de Redevabilité Mutuelle dans les pays.

Le travail fait pour préparer la RMS contribue au secteur dans le pays. Il est de plus en plus perçu comme une contribution au secteur, au lieu d’être un processus parallèle.

Quelques-uns des pays qui lient le Mécanisme de Redevabilité Mutuelle avec leurs plans nationaux sont : Mauritanie – Plan triennal d’action pour le secteur (2019 – 2021) ; Tchad – Plan National de Développement ; Burundi – Plan National de Développement 2018 – 2027 ; Cameroun – Stratégies nationales de l’hygiène et de l’ATPC ; Maroc – documents stratégiques mis à jour comme le Plan National de l’Eau ; et Guinée – Programme national du développement économique et social.

En Haïti, les résultats du processus préparatoire pour la RMS vont être utilisés dans la Revue Sectorielle Conjointe prévue pour mai 2019.

 

6. Les pays puisent l’inspiration dans les expériences d’autres pays

Dans le cadre de notre appui aux pays dans le processus préparatoire de la RMS – webinaires, conversations bilatérales, dissémination des expériences, et autres échanges – le Secrétariat SWA évoque les progrès réalisés dans l’ensemble des pays partenaires SWA, tout en soulignant des exemples concrets qui pourraient inspirer les actions ailleurs. Les pays sont intéressés et inspirés par les approches adoptées par leurs paires dans d’autres pays. Par exemple, la préparation par phase dans certains pays a aidé d’autres pays à élaborer leurs propres feuilles de route sur le même modelé : les 6 feuilles de route partagées avec le Secrétariat sont remarquables par leurs ressemblances. De plus, savoir que les Ministres d’un pays ont confirmé leur participation aide dans le plaidoyer pour la participation des Ministres d’autres pays et pousse ces ministres d’autres pays à en faire de même . Une autre illustration de l’inspiration mutuelle est que les pays qui font face à des réalités politiques similaires – notamment, les changements récents des gouvernements – tirent des apprentissages mutuels.

Le Haïti est particulièrement inspiré par la préparation du Mali – claire, forte et multipartite.

 

#2019SMM