Témoignages


Nous avons interrogé quelques-uns de nos partenaires au sujet de la valeur ajoutée de SWA.

Voici ce qu’ils nous ont répondu :

 

« SWA nous a permis d’attirer l’attention des gouvernements sur les efforts considérables à accomplir en vue d’atteindre les ODD, notamment la nécessité de soutenir beaucoup plus le sous-secteur de l’assainissement, à l’image de celui de l’eau. »

– Djivo Pie, Ministère de la santé, pays partenaire, Coordonnateur du PEPRAU (Projet d’accès à l’eau potable en milieu rural et d’assainissement en milieu urbain au Bénin), Bénin

 

 


« Grâce aux webinaires de SWA, nous découvrons les efforts déployés dans d’autres pays, […] ce qui nous permet de nous inspirer des exemples d’autres pays très en avance et de contribuer à l’amélioration des politiques […] afin de réduire les souffrances des populations, où qu’elles se trouvent.

Les webinaires de SWA ont souligné le besoin urgent de diversification des sources de financement destiné à la réduction des inégalités, de partage des expériences et des documents sur le terrain et de mise en commun des efforts. Ils nous ont également permis de mieux comprendre l’état du secteur dans nos pays respectifs ainsi que les engagements pris par les États pour l’améliorer. Les contributions de différentes OSC y sont également présentées pour mesurer le niveau d’engagement des partenaires publics et privés. »

– Moussa Montero, OSC partenaire, membre du Forum social sénégalais et dirigeant du projet « Promotion du contrôle citoyen et du droit à l’eau et à l’assainissement au Sénégal », Sénégal

 

 


« SWA nous a fait prendre conscience qu’une solidarité internationale organisée existait pour aider les pays en retard dans l’accès à l’eau potable et à l’assainissement à accélérer les progrès en direction des ODD. »

– André Patindé Nonguierma, Ministère de l’eau et de l’assainissement, pays partenaire, Directeur général de l’Assainissement, Burkina Faso

 

 


« En 2017, SWA nous a permis d’estimer le coût de la mise en œuvre de l’ODD 6 (soit 162 millions de dollars É.-U. [101 milliards de francs CFA] pour des services de base et 668 millions de dollars É.-U. [416 milliards de francs CFA] pour des services gérés en toute sécurité).

Grâce aux webinaires de SWA, très suivis au Mali, les acteurs sont plus avisés [sensibilisés/informés] au sujet des initiatives en matière de financement et de réduction des inégalités. Les parties prenantes [du secteur] respectent de plus en plus les procédures de SWA et collaborent davantage au travers des réunions du Comité de suivi national. 

La feuille de route pour la mise en œuvre du mécanisme de redevabilité mutuelle et la préparation de la Réunion des ministres du secteur commence à être appliquée et une accélération est prévue dès février 2019. C’est le même comité de suivi qui prépare l’AFRICASAN 5. »

Djoouro Bocoom, Ministère de l’énergie et de l’eau, pays partenaire, directeur adjoint de la Direction nationale de l’hydraulique, Mali