Journée mondiale des toilettes : un partenariat pour les eaux usées

19 Nov, 2017

Par Catarina de Albuquerque, Présidente exécutive de SWA
@CatarinadeAlbuq

À chaque Journée mondiale des toilettes, tous les regards se tournent évidemment vers les toilettes – peu importe le type : toilettes à chasse d’eau, latrines à fosse, toilettes à compostage – et vers les solutions envisageables pour s’assurer que plus de deux milliards de personnes qui ne disposent toujours pas de toilettes aujourd’hui dans le monde puissent en être équipées prochainement. Aujourd’hui, toutefois, je ne veux pas parler de ce réceptacle de tous nos déchets biologiques. Pour cette Journée mondiale des toilettes, je vous demande de ne pas seulement penser aux toilettes, non. Je voudrais que vous songiez à l’étape suivante : une fois vos besoins satisfaits, une fois la chasse tirée pour envoyer ces matières non désirées loin de votre salle de bain, de votre maison, de votre rue, de votre vue, de votre esprit.

Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale des toilettes, nous mettons l’accent sur les EAUX USÉES, c’est-à-dire les déchets, liquides ou solides, que vous évacuez à chaque chasse d’eau. La partie solide, la matière fécale, est celle qui entraîne des problèmes de santé. Le transport et le traitement de ces déchets sont donc un service aussi important pour nous, pour les agglomérations, les villes et les villages où nous vivons, que les toilettes sur lesquelles nous nous asseyons.

Dans un nombre trop élevé de pays à travers le monde, les matières fécales ne sont ni transportées ni traitées, ou pas de façon adaptée, ce qui expose de nombreuses personnes à des risques de maladies ou d’infections de longue durée. Un enfant qui tombe fréquemment malade est plus susceptible de souffrir de malnutrition, qui freine le développement physique et mental et a des conséquences tout au long de la vie.

Au sein de SWA, nous soulignons la valeur que notre partenariat multipartite apporte dans la résolution de problèmes. De nombreux acteurs différents doivent collaborer pour parvenir à un accès universel à l’assainissement, et cela doit inclure la prise en compte de ce qui arrive à nos déchets fécaux. Un grand nombre de services différents sont nécessaires pour garantir que ces déchets sont éliminés en toute sécurité. Nos partenaires travaillent ensemble pour trouver la meilleure méthode d’amélioration des services au bénéfice de ceux qui en ont besoin.

Cela passe notamment par une collaboration avec les gouvernements pour favoriser les allocations budgétaires destinées aux équipements pertinents, aussi bien pour leur maintenance que leur construction, mais aussi les investissements incorporels comme des lois et des réglementations adaptées, des formations, le renforcement des capacités et le suivi des activités. Les partenaires de la société civile soutiennent les gouvernements dans l’identification des besoins, mais ils imposent aussi aux fournisseurs de services et aux gouvernements de rendre des comptes pour les services qu’ils s’efforcent de proposer.

Les universités et autres instituts d’enseignement aident le partenariat en mettant à sa disposition les recherches essentielles à l’identification des zones où les déchets fécaux ne sont pas traités et ils coopèrent avec les fournisseurs de services pour trouver les meilleures solutions.

Le partenariat est la seule formule qui nous permettra d’atteindre l’objectif que nous nous sommes fixé : Assainissement et eau pour tous.