Webinaires sur le Mécanisme de Redevabilité Mutuelle – Compte Rendu

8 Mar, 2019

 

Les 27 et 28 février, SWA a organisé un webinaire consacré à la mise en œuvre du mécanisme de redevabilité mutuelle. Ce webinaire a permis de mettre en valeur des pays qui utilisent déjà le mécanisme pour identifier des engagements et débattre au sujet des obstacles et des possibilités qu’il offre. Plus de 140 participants issus de plus de 42 pays, dont 23 représentants gouvernementaux, ont assisté au webinaire. Pour de nombreux pays, plusieurs partenaires se sont connectés en même temps ; le Mali et le Nigéria comptaient ainsi 20 partenaires participants chacun.

Des représentants des Gouvernements du Malawi, du Nigéria, du Viet Nam, du Costa Rica et du Mali ainsi que d’organisations du secteur privé et de la société civile, d’organismes d’assistance extérieure et d’instituts de recherche et d’enseignement ont eu la possibilité de partager les approches qu’ils ont adoptées pour la mise en œuvre du mécanisme. Au cours de leurs interventions, ils ont décrit quelques-uns des processus multipartites qu’ils utilisent pour appliquer le mécanisme et préparer la Réunion des ministres du secteur. Ces processus ont donné l’occasion d’échanger au sujet des plans et des stratégies, et d’identifier les priorités sur lesquelles s’appuieront les engagements formulés par les pays.

D’autres pays ont également montré leur intention de présenter des arguments issus de documents d’orientation existants et d’assurer leur suivi à l’aide des processus sectoriels nationaux. Le Cambodge a ainsi soumis quatre engagements préliminaires tirés de ses Plans d’action nationaux sur l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène en zone rurale 2019-2023. Au Bénin, les engagements proposés lors de la Réunion des ministres du secteur (RMS) seront transmis à la révision sectorielle commune de mai 2019, qui identifiera les mécanismes pour la poursuite des engagements.

Le webinaire a permis aux pays et aux partenaires de poser des questions sur le mécanisme de redevabilité mutuelle. Voici quelques-unes des questions importantes qui ont été abordées au cours du webinaire:

Q. Les participants souhaitaient savoir si un pays ou une organisation devait être partenaire de SWA pour prendre des engagements.

R. Il n’est pas nécessaire d’être partenaire de SWA pour prendre des engagements. Toutefois, l’adhésion au partenariat pourrait profiter aux pays et organisations s’ils envisagent de participer aux activités de SWA. Les engagements peuvent constituer la première étape vers l’adhésion au partenariat SWA.

Q. Quels sont les avantages tirés par les pays pionniers du respect du mécanisme de redevabilité mutuelle, compte tenu du temps et de l’implication qu’imposent les réunions multipartites ?

R. Les démarches réclamées par le mécanisme de redevabilité mutuelle encouragent les processus de planification en cours sans faire doublon. Les pays pionniers considèrent que cela les aide à réunir les principales parties prenantes, comme le secteur privé, les instituts de recherche et d’enseignement et les organismes d’assistance extérieure, qui sont membres de SWA mais ne s’impliquent pas activement dans les processus nationaux. Ce système contribuera également à documenter les expériences et les leçons utiles à l’amélioration des processus nationaux en cours dans les pays pionniers et au-delà. Le mécanisme donne un coup de pouce supplémentaire aux processus de planification et de révision multipartites.

Q. Certains pays membres de SWA disposent-ils d’un « groupe parlementaire de soutien à l’EAH » s’intégrant aux différents groupes catégoriels du secteur ?

R. Le Pakistan a lancé un processus destiné à créer des primaires EAH au Parlement, notamment à l’Assemblée du Punjab, avec le soutien de WaterAid Pakistan. Des groupes parlementaires consacrés à l’EAH existent au Libéria et en Sierra Leone, entre autres.

Q. Qu’en est-il des autorités de réglementation ? Peuvent-elles rejoindre le partenariat SWA et prendre des engagements ?

R. Les autorités de réglementation ont évidemment un rôle essentiel à jouer pour garantir la redevabilité des acteurs du secteur. Elles peuvent à la fois être responsables de la validation des résultats des engagements et prendre des engagements elles-mêmes, si elles le souhaitent.

Q. Existe-t-il un nombre minimum ou maximum de partenaires pour qu’un processus de prise d’engagement soit réussi ?

R. Il n’y a pas de minimum ou de maximum, mais la participation d’un plus grand nombre d’acteurs de différents groupes de parties prenantes garantira des prises de décisions plus inclusives et solides.

Q. Les comités formés pour la préparation à la RMS ainsi que pour l’élaboration des engagements et les autres comités du secteur EAH se recoupent-ils ?

R. Les comités du secteur EAH existants peuvent et doivent servir pour les activités de SWA, y compris le mécanisme de redevabilité mutuelle. Au Mali, par exemple, le comité de SWA original s’étend progressivement pour intégrer d’autres acteurs. Il est ainsi devenu l’un des principaux comités consacrés au secteur EAH. 

Q. Comment les pays qui ne sont pas en mesure de participer à la RMS peuvent-ils s’impliquer dans le mécanisme de redevabilité mutuelle ?

R. Même si un pays ne peut pas participer à la RMS, il trouvera des avantages à travailler sur le mécanisme de redevabilité mutuelle, à se concentrer sur l’élimination des inégalités et à proposer des engagements, étant donné qu’ils sont destinés à profiter à l’ensemble du secteur. Les engagements des pays qui ne seront pas présents à la RMS seront tout de même présentés aux côtés des autres lors de la Réunion et ces pays devront rendre des comptes sur leurs engagements lors des futures Réunions de haut niveau.

Il ne s’agit que de la première phase d’un processus plus large destiné à documenter et à diffuser les expériences de mise en œuvre du mécanisme de redevabilité mutuelle, grâce aux récits des pays et aux fiches pays que chacun d’entre eux rédige dans le cadre de la préparation à la Réunion des ministres du secteur. Outre la séance plénière consacrée au mécanisme de redevabilité mutuelle, ils bénéficieront d’autres occasions de partager leur expérience tout au long de l’année.