Déclaration du Président de haut niveau à l’issue de la Réunion des ministres du secteur

17 Apr, 2019

Déclaration du Président de haut niveau, San José, avril 2019 

Assainissement et eau pour tous (SWA) est un partenariat mondial regroupant plus de 200 membres, y compris des gouvernements nationaux, des organismes d’assistance extérieure, des organisations de la société civile ou du secteur privé ainsi que d’autres partenaires de développement. Tous ces partenaires collaborent afin d’augmenter l’engagement politique en faveur de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement et de l’hygiène (EAH) et de renforcer la redevabilité mutuelle et l’efficacité au sein du secteur. L’objectif de SWA est de parvenir à des services d’assainissement, d’eau et d’hygiène pour tous, en tout temps et en tout lieu. Il coïncide ainsi avec les cibles liées à l’EAH des objectifs de développement durable. 

SWA a tenu sa sixième Réunion des ministres du secteur à San José, au Costa Rica, les 4 et 5 avril 2019. Le Gouvernement du Costa Rica l’a accueillie et l’UNICEF et la Banque interaméricaine de développement l’ont coorganisée. Cette première réunion ministérielle de SWA en Amérique latine a rassemblé 250 personnes, dont plus de 50 ministres responsables de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène venus du monde entier.

Cet événement s’inscrit dans un processus continu d’engagement auprès des ministres et d’autres décideurs. Les résolutions de la précédente réunion, qui avait eu lieu en 2017, visaient à définir des stratégies de financement du secteur, à évaluer et renforcer les politiques sectorielles, les dispositions institutionnelles, la planification, le suivi et les systèmes d’examen afin d’améliorer l’efficacité du secteur et de fluidifier l’intégration de la préparation aux catastrophes dans les politiques sectorielles.  Depuis, les partenaires de SWA, aussi bien les gouvernements que les autres organisations, ont énormément travaillé dans leurs pays sur toutes ces résolutions.

L’objectif de la présente réunion était d’obtenir de réels progrès, de faire bouger les lignes, de changer le monde grâce à un ensemble de recommandations que les ministres pourraient rapporter dans leurs valises, avec le soutien des autres groupes catégoriels de SWA.

Le thème central de la réunion était « Ne laisser personne de côté ». Les droits de l’homme servent de cadre pour aborder ce concept. Tout le monde dispose des mêmes droits et notre responsabilité collective est de nous assurer que tous en bénéficient, indépendamment de leur identité, de leur lieu de vie ou de leur activité. Lorsque l’on se fixe des objectifs de développement ambitieux, il est aisé d’aller d’abord vers les résultats les plus faciles à obtenir, au détriment des populations les plus difficiles d’accès. Pour parvenir à l’accès universel, nous devons délibérément cibler les personnes marginalisées, vulnérables et sans voix, ou elles seront laissées de côté pour toujours.

Fidèle au thème général de ne laisser personne de côté, la réunion était centrée sur le leadership solide, les financements durables et la participation de tous, sous la direction des gouvernements, à la planification, au suivi et à la redevabilité. Elle s’est ouverte sur une vue d’ensemble générale de l’état actuel du secteur EAH, qui a donné lieu à un dialogue autour de l’expression « ne laisser personne de côté ». Les participants ont ensuite pris note des progrès à une échelle plus réduite lors de discussions en petits groupes, avant d’examiner des stratégies de financement pour ne laisser personne de côté, également en petits groupes, et de débattre au sujet du fonctionnement pratique de la notion de redevabilité mutuelle. Les échanges ultérieurs portaient sur les moyens pour ne laisser personne de côté et sur la façon de tirer le maximum du partenariat et de la collaboration. Une brève séance de clôture a permis de résumer les leçons apprises jusqu’alors et de montrer le chemin à suivre, y compris en présentant les prochaines activités de SWA.

Le ton général adopté lors de la réunion illustrait à la fois le sérieux dû à la conscience de l’ampleur de la tâche à accomplir, et l’excitation liée aux progrès accomplis. De nombreuses conversations animées et positives ont eu lieu et permis aux ministres d’apprendre les uns des autres. Dans chacune des séances, les participants ont insisté sur le besoin de concentrer les actions pour ne laisser personne de côté et privilégier avant tout les plus défavorisés. Comme l’a exprimé avec élégance l’un des ministres présents : « Soit nous y arrivons, soit personne n’y arrive. » Du monde entier sont parvenus de nombreux exemples de progrès encourageants, en matière de politique, de stratégie ou de réussite dans la mise en œuvre.  Les discussions lors des séances plénières ou des dialogues ministériels ont permis de dégager quelques points essentiels, notamment :

  • Les financements constituent le sujet le plus important, qui a été évoqué lors de toutes les séances de la Réunion ;
  • De nombreux intervenants ont confirmé que les investissements dans le secteur EAH permettent des évolutions économiques qui génèrent des recettes fiscales supplémentaires et permettent l’épanouissement des entreprises et des personnes. Les dirigeants politiques peuvent en tirer un bénéfice politique ;
  • Une réglementation transparente et prévisible est essentielle pour permettre des investissements dans l’EAH et pour gagner la confiance des clients. Les réformes et les augmentations tarifaires seront alors possibles si les clients individuels peuvent percevoir les améliorations de services qu’elles apportent ;
  • « La merde, ça compte », selon les mots du Président du Costa Rica. En effet, quel bonheur de voir que l’assainissement et l’hygiène ne sont plus un sujet tabou, mais sont de plus en plus présents dans la presse et peuvent faire l’objet de discussions au grand jour ! Les participants à la réunion ont été salués comme des « féco-guerriers » ;
  • Plusieurs intervenants ont souligné le manque d’intérêt d’un bon système sanitaire s’il ne peut s’appuyer sur un approvisionnement en eau et un assainissement de qualité. L’EAH constitue le meilleur investissement possible en matière de santé ;
  • Les engagements proposés lors de la réunion par de nombreux pays et d’autres partenaires ont montré que le secteur comprend l’importance de la coopération internationale et de la redevabilité.

Les actions et les prochaines étapes que je préconise comprennent :

  • La satisfaction de vos obligations gouvernementales et l’adoption des droits de l’homme comme principes directeurs ;
  • L’identification des personnes laissées de côté et l’évaluation des méthodes à appliquer pour répondre à leurs besoins ;
  • La création de systèmes qui intègrent des lois, un cadre réglementaire solide, des politiques et des institutions qui vous permettront de vous assurer que vous fournissez des services à tous. Un secteur plus performant se transforme rapidement en un secteur plus solvable ;
  • D’ici à la prochaine Réunion des ministres des finances de SWA, en 2020, la définition de stratégies de financement du secteur EAH pour tous, en particulier pour les personnes que vous avez identifiées : réduire le déficit de financement ; réformer les tarifs ; intégrer les programmes EAH aux plans et budgets nationaux ; et convaincre les ministres des finances et de la santé que l’EAH constitue un bon investissement et non pas une dépense ;
  • Soyez courageux, prenez des risques ! Des investissements réfléchis en faveur de l’assainissement et de l’eau pour tous seront payants pour votre population.

 

Les ministres responsables de l’eau et de l’assainissement ont trouvé ici le bon endroit et le bon moment pour se réunir. L’ODD 6 est un véritable défi et l’EAH n’est pas forcément le secteur le plus enchanteur, mais il s’agit d’un domaine éminemment important pour un ministre. L’EAH est une question de priorité nationale, pas une question sectorielle. En tant que Président de SWA, je tiens à féliciter les pays pour les réussites obtenues jusqu’à présent et je recommande à tous les participants à cette réunion de mettre en œuvre les idées et les plans évoqués ici afin de réduire les inégalités et de desservir les personnes qui sont systématiquement laissées de côté. La place des dirigeants est aux avant-postes. Vous n’êtes pas seuls : comme a su nous le rappeler le Président du Costa Rica, ne croyez pas ceux qui vous disent que c’est impossible.